Nouvelle adresse

Merci de nous suivre à notre nouvelle adresse

> TOUSLESMAP.ORG

Publicités

Mario Asselin participe à Ludovia et publie ses impressions en temps réel sur son blogue. Son billet d’aujourd’hui s’intitule « Pourquoi tout faire converger vers les ENT? » Il est ICI – et j’y ajoute ce commentaire:

Les TIC offrent des ressources nouvelles (multimedia) et des possibilités de collaboration nouvelles pour le travail collectif (en classe). Et elles offrent la possibilité de prolonger ce travail collectif sur le mode individuel, à la maison où les parents peuvent s’impliquer. Ces deux possibilités me semblent solidaires, encore que la première (liée au travail collectif) conditionne la seconde (liée au travail individuel).

La façon dont l’administration conçoit le développement des ENT (Espaces numériques de travail) me paraît dangeureusement erronée dans la mesure où elle privilégie la seconde possibilité.

Pour les industriels, le scénario a l’avantage d’impliquer la fabrication et la commercialisation d’une quantité considérable de PC. Pour l’administration, il est difficile de ne pas penser que le but visé consiste à shunter le rôle de l’enseignant.

Tout se passe comme si l’on se disait: « Les professeurs ne veulent pas des TIC, ils ne veulent pas réformer leurs pratiques pédagogiques, ils ne veulent pas même accepter la discipline et les contrôles d’un fonctionnement réellement collectif, de type entreprenarial (qui suppose donc l’autorité d’un directeur), eh bien, nous nous passerons d’eux, ou encore nous apprendrons aux élèves à se passer d’eux… »

Malheureusement – ou heureusement -, il ne peut pas en être ainsi. Pour apprendre on a (d’abord) besoin d’un maître. Ce maître peut trouver une aide précieuse dans l’utilisation des TICE. Mais l’essentiel reste ailleurs. Il tient à ce qu’on n’enseigne jamais vraiment qu’à titre personnel. En son nom propre. Dans la liberté de choix (d’élection) réciproque de l’élève et du maître. Et il devient de plus en plus évident que de telles conditions sont incompatibles avec le fonctionnement bureaucratique et le statut de fonctionnaire.

Ludovia est l’université d’été du multimédia ludo-éducatif qui se tient à Ax-les-thermes, en Ariège, depuis 2005. La session 2008 s’ouvre aujourd’hui et se poursuivra jusqu’au 29. Un colloque scientifique est proposé dans ce cadre dont le thème s’énonce: « Do it yourself 2.0 :Comment et quoi faire soi-même à l’aide de logiciels, matériels et dispositifs numériques: de l’intérêt de la facilitation de l’action et de la production dans le monde numérique. »

L’atelier Voix Haute est représenté à ce colloque par Baptiste Jacomino, qui interviendra vendredi sous le titre: « Approche critique du Do it yourself: pour un e-learning qui ne sacrifie pas la présence pédagogique. » Son intervention sera tout de suite suivie par celle de Michèle Drechsler, de l’INRP, qui parlera de « Wikipedia, une encyclopédie à intégrer à l’Ecole? Avec quels usages et quels projets? » et qui est, elle aussi, une consultante de notre atelier. Je rappelle en effet que Michèle a participé à la seconde édition de nos Rencontres, qui avait lieu le 29 mars dernier au Cyber-emploi de la ville de Nice, et qui était consacrée à l’utilisation des TICE.

Chaque jour nous apporte son lot de chiffres inquiétants concernant l’illettrisme. Les professeurs comme les animateurs de structures associatives ne peuvent pas ignorer le phénomène, qui est révélateur d’abord d’un échec (relatif) des efforts consentis à grand frais par l’état. Encore convient-il d’aborder ce problème de manière positive.

Nous ne gagnerons rien à ce que l’illettrisme soit reconnu, dans les années qui viennent, comme « grande cause humanitaire (ou politique) ». En tout cas, il me paraît important que les professionnels ne se laissent pas, quant à eux, entraîner sur ce terrain. Pour deux raisons. La première est que l’échec (relatif) des efforts éducatifs a des causes sociologiques profondes, sur lesquelles les professionnels de l’éducation ne peuvent pas agir. Quand des personnes habitent, se nourrissent, travaillent, s’expriment aussi mal qu’on voit dans certaines banlieues, il n’est pas étonnant qu’ils aient du mal à apprendre à lire et il n’est pas certain que cet échec soit le plus préoccupant pour ce qui les concerne. La seconde est que nos sociétés évoluent, et qu’il paraît de plus en plus évident que la lecture, et surtout la lecture livresque, n’occupera pas la même place demain qu’elle ne faisait hier.

La question que les professionnels doivent se poser est beaucoup plus précise. Elle consiste à savoir quels types d’activités de lecture ils peuvent proposer, qui seront mieux adaptés à l’esprit et aux goûts des publics de notre temps.

Nous avons la chance inouïe de pouvoir réunir des gens et de mettre la parole au coeur des activités que nous leur proposons. Et nous avons la chance de disposer de moyens technologiques puissants, capables de donner aux activités d’apprentissage un caractère ludique qui augmentera dans des proportions considérables leur efficacité. Allons ensemble dans cette voie. Multiplions et échangeons les propositions.

Quant à moi, voici l’un des derniers Moulins à paroles que j’ai fabriqués. C’est sur le petit poème que Robert Desnos a consacré à L’ours. Utilisez-le et dites-m’en des nouvelles…

  • Sur ce point, la position de l’ancien ministre n’est pas celle que nous aurions attendue.

    tags: lang, darcos

    • Que reprochez-vous aux mesures Darcos concernant le contenu des programmes ? Il me semble que, sur un point, les décisions prises sont plutôt bonnes. En ce qui concerne les mathématiques, le programme me paraît sérieux et solide. Concernant le français, on peut aussi donner un satisfecit au gouvernement lorsqu’il maintient et adapte les prescriptions relatives à la grammaire, à la dictée et à la rédaction. Mais là où la faute commise est grave, c’est lorsque les programmes consacrent la disparition de toutes les prescriptions relatives à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Le discours du ministre actuel consiste à laisser la liberté aux maîtres. À eux de définir leur méthode et éventuellement de se rapporter à un « bon manuel », donc à un éditeur privé chargé, en lieu et place de la République, de définir les méthodes d’apprentissage de la lecture et de l’écriture. C’est une première depuis Jules Ferry.
  • Un texte remarquable. Ici les TICE sont envisagées pour le gain de temps qu’elles permettent de mettre au profit des échanges personnels à l’intérieur de l’espace de la classe.

    tags: TICE, communication, groupe, classe

    • Lors des ateliers que j’offre (ou tente d’offrir) dans mon cégep, j’ai souvent tendance à répéter aux enseignantes et enseignants que la salle de classe est un environnement comme il n’en existe nulle part ailleurs. La salle de classe est un milieu où toutes et tous peuvent interagir en temps réel et poser des questions à l’enseignante ou l’enseignant ou à leurs collègues de classe.

      Pourtant, cet environnement et les avantages qu’il offre semble souvent mal ou sous-exploité.

  • Des chiffres incontournables

    tags: usa, statistiques

    • 34 % des américains interrogés en mai 2008 déclarent avoir consulté un quotidien la veille du sondage, contre 40 % en 2006, selon une étude Pew Research Center. La lecture d’un journal sur papier a aussi baissé : 27 % contre 34 % en 2006. La lecture papier et en ligne baisse aussi: 3 % contre 4 % en 2006. Seul le nombre de lecteurs uniquement en ligne a augmenté (4 % contre 2 % en 2006).

      La hausse de la lecture en ligne ne compense pas la baisse de la lecture sur le papier.

  • Si l’objectif premier est bien là où l’auteur le désigne, à savoir s’il consiste à "convaincre ‘ces élèves-là’ qu’ils ne sont pas, justement, ‘ces élèves-là’, mais des membres à part entière de la société", il paraît inévitable de se demander si la formation d’un professeur agrégé de lettres classiques est celle qui convient le mieux à ce type de poste.

    tags: banlieues, agrégation

    • Don Quichotte en banlieue

      Sophie Audoubert, enseignante au collège Elsa Triolet de Saint-Denis (93), raconte, dans un livre intitulé Don Quichotte en banlieue, son expérience, ses appréhensions et ses joies à exercer son métier en banlieue. Dans cet ouvrage à paraître le 28 août prochain, cette agrégée de lettres classiques tient à ce qu’on regarde ses élèves comme des enfants de la République, et non forcément comme des "racailles" ou des "jeunes issus de l’immigration".

      L’enseignante raconte son métier à travers des anecdotes drôles ou tragiques. Elle estime que l’objectif premier est de "convaincre ‘ces élèves-là’ qu’ils ne sont pas, justement, ‘ces élèves-là’, mais des membres à part entière de la société". Il s’agit de "faire le pont entre deux mondes qui ne se rencontrent plus", conclut-elle.

Christian Montelle est professeur de français et formateur à la retraite. Il est l’auteur de La parole contre l’échec scolaire. La haute langue orale (L’Harmattan, 2005). Il confie à notre atelier la publication d’un important article qu’il intitule:La science du pédagogue… et le cœur du jardinier. Ce titre me plaît. Il est révélateur de la démarche endurante de l’auteur dans lequel je vous invite à reconnaître un authentique « écologiste de la pédagogie ». L’approche qu’il propose – et que désigne la belle formule de « haute langue orale » – a le mérite d’être naturelle. De renouer avec des pratiques traditionnelles dont nous ne devons pas douter qu’elles préfigurent l’école de demain.

Christian cite en exergue la formule d’Edouard Claparède selon laquelle « Ce n’est pas en tirant sur la queue d’un têtard qu’on le fait devenir grenouille plus vite ». Je propose de former le club des enseignants qui souscrivent à ce mot d’ordre. De l’imprimer sur des tee shirts que nous porterons le jour de la rentrée des classes.

En attendant, l’article est ICI.

  • Nous annoncions depuis quelques années déjà que les collectivités locales et les entreprises ne pourraient plus rester à l’écart du combat pour la prévention de l’illettrisme. Le fait est maintenant reconnu par les observateurs les plus divers et les plus indiscutables – comme ici Les échos.
    C’est sans doute que la situation est préoccupante… Mais cette aggravation présente aussi bien un aspect positif. Grâce aux entreprises, les questions de littératie ne manqueront pas d’être abordées, dans les années qui viennent, avec plus de professionnalisme et plus de pragmatisme.
    Il était temps que l’on parle de la langue et de ses illustrations sur un ton un peu moins conventionnel que celui employé dans beaucoup d’IUFM…
    A l’Ecole des Neige de la Colmiane, nos animatrices faisaient jouer des enfants de 6 à 12 ans, venus des quartiers en difficulté, avec nos Moulin à paroles (M@P)… Certains de ces enfants leur ont déclaré que ces jeux ressemblaient à ceux qu’ils ont l’habitude de pratiquer sur leurs Nintendo DS… Nos animatrices ont compris que c’étaient là un compliment… Elles ont été touchées. Avec ces enfants-là au moins, un pas considérable était franchi…

    tags: entreprise, formation, illettrisme

    • Quelque 3,1 millions de Français sont illettrés, dont plus de la moitié de salariés. Les conseils régionaux et les entreprises ont intensifié leur action, désormais intégrée dans les plans de formation. Mais la détection reste difficile.

      Cliquez ici
      Toute la difficulté est de parvenir à détecter les illettrés pour les convaincre de se former.

      Peugeot, Danone, mais aussi le Conseil régional de Picardie, le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), les organismes de travail temporaire (FAF TT), etc. : longtemps ignorée – sinon franchement taboue -, la lutte contre l’illettrisme est en passe de devenir un sujet crucial pour les entreprises et les collectivités locales.

  • tags: prison, illettrisme, savoirs, de, base

    • En 2004, sur 37.939 détenus scolarisés, 22.411 détenus (59% ont suivi une formation de base, d’alphabétisation, de lutte contre l’illettrisme, de FLE (français langue étrangère), de remise à niveau, ou de préparation du Certificat de Formation Générale,
  • Centre de Ressources des Espaces Publics Numériques de Wallonie

    tags: Proust, video

    • Il y a certains projets multimédia qui sont beaux car simples, participatifs et coopératifs. Le 27 septembre 2008 à 12h GMT, 3000 internautes du monde entier volontaires liront en Français une page du roman “A la Recherche du Temps Perdu” de Marcel Proust devant leur webcam, une page reçue au hasard par email.
  • TIC et éducation au Canada

    tags: Québec

    • Des enseignants retournent sur les bancs d’école pour se familiariser avec les nouvelles technologies
      Du 11 au 15 août, des enseignants de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire et secondaire s’initient aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) et développent leurs compétences dans l’utilisation et l’intégration de celles-ci dans leur pratique quotidienne avec les élèves.
  • Des problèmes d’organisation en perspective

    tags: samedi, accompagnement, villes

    • Pour Xavier Darcos, la suppression de l’école le samedi « met fin à une situation incohérente, source de nombreux problèmes pour tous les parents. Les heures de cours ainsi libérées profiteront aux élèves les plus en difficulté à travers un accompagnement personnalisé à d’autres moments de la semaine ». Enfin, « les écoles resteront ouvertes, là où c’est nécessaire, le samedi matin pour proposer aux élèves qui le souhaitent des activités culturelles ou sportives », peut-on lire sur le site du ministère.

Quelqu’un m’a dit: « Tu as vu, Patrick Sabatier fait du Voix Haute sur France2 ? » J’ai bien compris qu’il s’agissait de l’émission N’oubliez pas les paroles produite par Nagui et présentée par Patrick Sabatier depuis le 7 juillet dernier sur la chaîne publique. Un karaoké qui a atteint son record d’audience le 25 juillet avec 1,95 million de téléspectateurs, soit 16,1% du public.

Et, en effet, on songe que parmi toutes ces chansons, un vrai poème ne serait pas toujours impossible à caser.

J’y pensais ce matin en préparant un Moulin à paroles (M@P) du poème de Jacques Roubaud intitulé La licorne, qui est un de mes poèmes préférés parmi tous ceux que je connais. Et, du coup, j’ai ajouté au PowerPoint une diapositive qui correspond exactement au jeu télévisé. Vous verrez, c’est la diapo qui porte le numéro 11.

Amusez-vous bien. Il suffit de cliquer ICI.

Page suivante »